Newsletter #4 [04/06/21]

Edito

Retour à la vie !
L’annonce du déconfinement progressif nous a mobilisé·e·s pour préparer la reprise de la vie culturelle ou encore de la vie économique. C’est avec un plaisir non dissimulé que nous avons accompagné les acteurs de la vie locale vers un horizon plus dégagé, malgré des contraintes sanitaires toujours fortes. Mais ces réjouissances ne nous font pas oublier celles et ceux qui pâtissent de la crise sanitaire, sociale et économique. Nous maintenons notre vigilance sur l’accès aux droits et la solidarité.

D’appel à la solidarité des pouvoirs publics, il a malheureusement été question. Comme vous le savez certainement, une vingtaine de jeunes en situation d’exil « logent » dans un campement de fortune, dans le square Gustave Auguste Ferrié dans le 4e arrondissement. D’autres, plus « chanceux », sont hébergés chez des habitant·e·s volontaires. Pourquoi ? La Métropole de Lyon a brutalement décidé de ne plus loger les jeunes en exil non reconnus mineurs et qui sont en recours contre cette décision devant le juge des enfants.
Outre notre implication sur le terrain auprès des associations et des habitant·e s, nous avons interpellé Bruno BERNARD, par l’intermédiaire des co-présidents de notre groupe, Alexandre CHEVALIER et David SOUVESTRE, conjointement avec les élu·e·s LYEC à la Métropole. Nous lui avons notamment demandé que la Métropole agisse conformément aux éléments légaux et réglementaires, qui encadrent les conditions d’évaluation de la minorité des jeunes en exil, la formation des professionnels procédant à l’évaluation de minorité, la durée de mise à l’abri, le respect de la présomption de minorité. Nous l’avons donc appelé à remettre les jeunes qui n’ont pas bénéficié de ces conditions légales, à l’abri. Nous vous tiendrons informés des suites dans la prochaine newsletter.

Le mois de mai fût également celui des conseils d’arrondissement et du Conseil municipal.
Un sujet qui nous a concernés collectivement était à l’ordre du jour : l’inventaire des équipements de proximité des mairies d’arrondissement. Avec ce premier acte de l’application de la loi Paris-Lyon-Marseille, appelée communément loi PLM, les mairies d’arrondissements reprennent notamment en charge la gestion de leurs salles associatives. Nous nous sommes félicité·e·s de cette première étape de décentralisation et donnons rendez-vous l’année prochaine, pour un deuxième inventaire des équipements de proximité, qui concernera les équipements sportifs. Au-delà de ces deux familles d’équipements, nous resterons vigilant·e·s pour une stricte application de la loi PLM, concernant notamment les bibliothèques ou encore les crèches.

Autre point de satisfaction : après la Métropole, la Ville de Lyon a adhéré à La Gonette !
L’histoire de notre groupe avec cette monnaie locale n’est pas nouvelle. La Mairie du 1er arrondissement fut précurseur en adhérant à l’association dès 2017, sous l’impulsion de Nathalie PERRIN-GILBERT. Nous l’avions également inscrit dans notre programme de campagne.
Avec cette adhésion, nous soulignons notre confiance envers La Gonette. Nous envoyons un signal fort concernant notre attachement et notre soutien au développement d’une économie sociale et solidaire locale. Enfin, nous valorisons une circulation monétaire, créatrice de richesse pour notre ville, sans spéculation financière.

En mairie centrale

Le Conseil municipal du 27 mai fut l’occasion d’exposer et de délibérer sur des sujets cruciaux et chers aux conseiller·ère·s municipaux·ales de Lyon en Commun.

Avant le Conseil municipal, Nathalie PERRIN-GILBERT, adjointe au Maire déléguée à la Culture, a surtout œuvré à la reprise d’activité des lieux culturels ! Après la phase de préparation, elle a présenté le programme de réouverture des lieux culturels lyonnais, sous l’appellation #noussommesprêts, le 19 mai à la Halle Tony Garnier. L’occasion d’annoncer un mois entier de Fête de la musique, du 21 juin au 31 juillet, et la rédaction d’une nouvelle charte de coopération culturelle, en collaboration avec l’ensemble des institutions. Cette charte comprendra les lignes directrices de la politique culturelle de la ville et de ses 9 arrondissements, pour les cinq années à venir.
Dans le cadre du Conseil municipal, Nathalie PERRIN-GILBERT demandait notamment l’attribution de subventions à quatre associations au titre du fonds d’urgence culture 2021. En effet, 1 M€, sur les 4 actés en juillet 2020, ont été préservés pour l’année 2021 afin d’accompagner la reprise d’activité des acteurs culturels. L’occasion de rappeler que le fonds d’urgence culture a déjà bénéficié à 182 structures et 97 artistes et que ces aides contribuent à rémunérer les artistes et intervenants du spectacle dignement, selon leur statut.

Laurent BOSETTI, adjoint au Maire délégué à la Promotion des services publics, présentait le pacte social en faveur du service public, donnant à voir l’engagement de la Ville de Lyon en faveur des agents municipaux sur les cinq années à venir. Ce pacte comprend en effet une dizaine d’orientations stratégiques et plus d’une centaine d’actions concrètes, définies avec les partenaires sociaux. Avec ce pacte, Laurent BOSETTI a annoncé un changement de paradigme –les agents municipaux seront mieux considérés et rémunérés– et un engagement de moyens –des effectifs renforcés et des métiers revalorisés.
Avec ce pacte, la collectivité s’impliquera pour réduire les écarts de salaire femmes/hommes, favoriser l’insertion professionnelle des jeunes au sein de la collectivité, garantir l’emploi pour nos agents victimes d’usure professionnelle…

Alexandre CHEVALIER, adjoint au Maire délégué au Lien intergénérationnel et qualité de vie des aîné·e·s, a salué la signature d’une convention d’occupation à titre gratuit entre la Ville de Lyon et la Ferme de la Croix-Rousse, pour le parc de l’internat Favre dans le 4e. Ce projet citoyen, né en 2017, a en effet montré sa pertinence auprès des familles du quartier, des jeunes de l’internat, des écoles du quartier, des seniors des résidences autonomie de la Croix-Rousse… Après 3 ans d’existence précaire due à des querelles politiciennes, la convention permet à la ferme de reprendre une activité pérenne avec le soutien politique qu’elle mérite.

Tristan DEBRAY, conseiller délégué à la Ville des enfants, annonçait le lancement du programme de rénovation et de développement des aires de jeux 2021-2026 pour les 9 arrondissements.
Ce programme prévoit que pour chaque rénovation et création d’aires de jeux, la Ville aussi des jeux inclusifs, accordant aux enfants en situation de handicap la possibilité de jouer parmi tous les autres, sur le même espace. Les jeux seront plus diversifiés, moins genrés, permettant aux enfants de développer leur imaginaire et leur créativité, laissant la place à l’eau et au végétal… Les matériaux utilisés seront davantage naturels et respectueux de l’environnement. Enfin, puisque la ville des enfants se construit avec les enfants, ceux-ci seront systématiquement associés aux projets de rénovation par la concertation. Un grand pas vers une ville à hauteur d’enfant !

David SOUVESTRE, conseiller municipal, demandait, pour sa part, à la Ville de Lyon d’interpeller le chef de l’État et le gouvernement afin qu’ils protègent les droits des familles homoparentales et transparentales et des personnes LGBTQI+ : ouverture de la PMA à toutes et tous, interdiction des mutilations des personnes intersexes et des thérapies de conversion, reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger. Si le Parlement européen a adopté une résolution proclamant l’Union européenne « zone de liberté » pour les personnes LGBTQI+, en réaction aux « zones sans idéologie LGBT » polonaises, l’existence de cette zone de liberté nécessite que les pouvoirs publics français légifèrent pour garantir et protéger les droits des LGBTI. Grégory DOUCET, Maire de Lyon, adressera un courrier en ce sens à Éric DUPONT-MORETTI, ministre de la Justice.

👉 Retrouvez l’actualité des élu·e·s du Conseil municipal

Dans le 1er arrondissement

Pour les élu·e·s du 1er arrondissement, le mois de mai était placé sous le signe de l’appropriation des espaces communs : présence symbolique des femmes dans les lieux publics pour Malika HADDAD-GROSJEAN, place des commerçants dans l’espace public pour Bertrand PINOTEAU et occupation d’un équipement municipal pour David SOUVESTRE.

Malika HADDAD-GROSJEAN, adjointe déléguée à la Ville inclusive, poursuit son projet de dénomination au féminin des espaces publics du 1er arrondissement. Suite à la réception des contributions des habitant.e.s, elle a commencé la présélection de plusieurs noms de femmes afin de désigner la dalle rue Leynaud, le square rue Burdeau, le city-stade rue Vaucanson et le verger rues Bodin et Magneval. Ce projet constitue un symbole fort pour dé-genrer la ville !
Elle a par ailleurs participé au Conseil Local de Santé Mentale (CLSM), instance qui réunit élu·e·s et acteurs de la santé mentale sur le territoire. Cette réunion a porté notamment sur la question de la maladie mentale et la privation des droits et l’accès au droit. En effet, les personnes hospitalisées pour une longue durée ont bien souvent des problèmes de logement : perte d’habitat ou nécessité d’un accompagnement transitoire entre le logement habituel et l’hôpital. Un chantier supplémentaire pour Malika HADDAD-GROSJEAN : soutenir une politique publique locale qui assure la protection des personnes atteintes de pathologies mentales et leur évite l’exclusion.

Bertrand PINOTEAU, adjoint délégué à la Ville active et économie durable, s’est tenu aux côtés des différents commerces de l’arrondissement pour accompagner leur réouverture.
Il a ainsi également rencontré différents cafés et restaurants sur les questions d’extension exceptionnelle des terrasses, eu égard aux nouvelles règles sanitaires. Ces rencontres ont mené à lancer une réflexion plus large sur les possibilités éventuelles de fermeture de certaines rues aux heures de service des terrasses dans un but de sécurisation et d’apaisement de l’espace public.
Il a également soutenu, pour le compte de la Mairie du 1er, l’association La Vitrine des pentes pour la réalisation de son guide « Voyage dans les pentes », mettant à l’honneur quelques 120 commerçants de l’arrondissement. Sa distribution est d’ailleurs prévue le samedi 5 juin, place Sathonay, à l’occasion de « La voie est libre », opération de piétonisation qui concerne notamment les rues du bas des Pentes.
Enfin, il participe activement au groupe de travail sur la refonte du règlement des marchés de la ville de Lyon –plus de 80- sur les questions d’attribution des places et de la fidélisation des forains. En effet, le nouvel exécutif souhaite développer de nouvelles orientations pour les marchés : présence accrue de producteurs, diversité des étals et marchés propres, entre autres.

David SOUVESTRE pilotait le jury de sélection de la future association gestionnaire du Lavoir public, suite au départ du Club Théâtre après huit années d’animation du lieu.
Le cahier des charges pour la nouvelle occupation reposait sur trois mots clefs : culture, solidarité et transition écologique. Les porteurs de projet se devaient de proposer un lavoir ouvert au public et sur la vie de l’arrondissement, accessible au plus grand nombre, encourageant les rencontres et la solidarité et assurant la promotion des valeurs de la transition écologique.
Au terme de l’audition de huit candidat·e·s, les membres du jury, incluant Malika HADDAD-GROSJEAN, ont retenu un collectif composé de trois personnes : Olivier VANHEE (régisseur général de la compagnie Ostinato), Zoé ESCUDE (diplômée des Beaux-Arts de Lyon et étudiante en Arts du spectacle) et Antonin BURG, qui évolue dans le monde des arts vivants avec une sensibilité prononcée dans la lutte contre les discriminations. Leur projet, dénommé « Le La(voir au public) » mêlera création artistique et inclusion sociale en ciblant particulièrement les personnes éloignées de la culture. Résidences d’artistes et événements ouverts au public (spectacles, expositions, soirées à thème…) sont prévus. Programmation à découvrir dès juillet !

Pour finir, retour sur une dernière actualité du mois de mai, conjointe avec Nadège BORRON, conseillère à l’Action sociale du 4e : à l’initiative des quatre élu·e·s, une seconde distribution de produits de première nécessité, à destination des étudiant·e·s et jeunes de moins de 25 ans, s’est tenue le 8 mai dernier. 200 personnes ont bénéficié de l’opération. Les élu·e·s tiennent une nouvelle fois à remercier les associations partenaires, les commerces et les habitant·e·s pour leur mobilisation.

AGENDA
23/06 18h30 | Conseil d’arrondissement

👉 Retrouvez l’actualité des élu·e·s du 1er

Dans le 2e arrondissement

La principale actualité de Nathalie CARLINO, conseillère, fut le Conseil d’arrondissement, plutôt agité…

Fidèle à son habitude désormais, Pierre OLIVER, Maire du 2e, a fustigé la politique menée par la majorité. Selon lui, les logements sociaux existants dans l’arrondissement sont déjà trop nombreux ; les constructions nouvelles envisagées –pour respecter la loi Solidarité et renouvellement urbain– seront facteurs de problèmes de sécurité. Bien évidemment, il a présenté sa question au Maire pour le Conseil municipal du 27 mai, portant sur le sujet, avec une critique véhémente de l’exécutif. Nathalie CARLINO s’est donc abstenue et elle a répondu, par la voix d’Olivier FERNOUX, aux attaques de Pierre OLIVER. En effet, l’opposition ne pouvait laisser dire que la population défavorisée créait des problèmes d’insécurité, lesquels n’étaient d’ailleurs pas réglés par les caméras de vidéo-surveillance, très nombreuses dans l’arrondissement. Olivier FERNOUX a ainsi proposé des réunions de travail constructives, que Pierre OLIVER a rejetées.

Outre le Conseil d’arrondissement, Nathalie CARLINO a également visité les restaurateurs de l’arrondissement pour échanger avec eux sur leurs perspectives de reprise d’activité, avec le déconfinement progressif.

AGENDA
24/06 18h | Conseil d’arrondissement

Dans le 3e arrondissement

La proximité et l’amélioration de la qualité de vie des habitant·e·s constituent le fil rouge de l’action de Nouria MAHMOUDI, Nicolas PLANCHON, Thibaud ROCHE et Martine SOUVIGNET. Chacun, selon leur délégation. Retour sur leurs actualités du mois de mai.

Le projet d’épicerie sociale et solidaire étudiante avance ! Après avoir travaillé avec les associations Agorae et Gaelis sur le contenu du projet –un lieu de recours à l’alimentation, mais aussi de convivialité et d’information pour les étudiant·e·s–, Nouria MAHMOUDI, conseillère déléguée à la Jeunesse et vie étudiante, les met en relation avec des bailleurs sociaux et les accompagne dans la recherche de locaux. Des pistes intéressantes sont suivies. Plus d’informations à venir dans les prochaines newsletters !
Elle organisait également une distribution alimentaire pour les étudiant·e·s, avec l’association ADSL (Agir et Donner Sans Limites), devant le parvis de la mairie du 3e dimanche 13 juin.
Enfin, Nouria MAHMOUDI lutte contre le non-recours aux droits des jeunes. Elle entend que la mairie du 3e constitue une porte d’entrée sur l’arrondissement en matière d’offre d’information pour la jeunesse et les étudiant·e·s. Afin d’assurer une meilleure lisibilité sur les dispositifs, les structures et les modalités d’accès, elle œuvre pour créer une rubrique spéciale « jeunesse et vie étudiante » sur le site de la mairie.

Nicolas PLANCHON, adjoint délégué à l’Économie, économie sociale et solidaire, commerce et artisanat préparait une réunion publique sur la promenade Moncey, avec les commerçants, qui se déroulera début juin. En effet, la prochaine tranche des travaux de la promenade concerne la place Varlin. Alors que le projet initial supprimait des vérandas et des terrasses des bars et restaurants de la place, Nicolas PLANCHON a pu faire infléchir le projet, afin de conserver ces espaces nécessaires au bon fonctionnement des commerces et à la convivialité du lieu. Enfin, en tant que référent du Conseil de quartier Voltaire/Part-Dieu, Nicolas PLANCHON a co-animé l’assemblée plénière des cinq Conseils de quartier de l’arrondissement. Cet événement a notamment vocation à présenter les aspects concrets de l’engagement habitant dans ces instances de démocratie continue. Il a ainsi expliqué son rôle en tant que référent et les liens entre élu·e·s –garants de l’intérêt général– et Conseils de quartier. La présence d’une centaine d’habitant·e·s démontre leur souhait de s’impliquer dans la vie de leur territoire !

Pour Thibaud ROCHE, conseiller délégué à la Politique de la ville, le mois de mai a comporté de multiples rencontres. Parmi les plus emblématiques, celle du délégué du préfet, Samy BERD, au cours de laquelle il a présenté le fonctionnement du quartier de Moncey. Ce quartier fut également l’objet d’un rendez-vous avec Jean-Luc GIRAULT, adjoint au Maire délégué à l’Action citoyenne et politique de la ville. Thibaud ROCHE a ainsi pu rappeler la problématique de la Guillotière, à savoir d’être à la fois un quartier prioritaire–avec ses habitants– et à la fois un quartier de centre-ville –lieu de passage de personnes extérieures. Une maison des services, lancée par les acteurs et les actrices du quartier, devrait voir le jour avant la fin de l’année et permettre de renforcer l’offre de services associatifs sur le secteur avec le soutien de la ville…  À suivre !

Martine SOUVIGNET, adjointe déléguée à l’Egalite des droits et vie des aînés, travaille sur le développement du logement intergénérationnel. Le principe ? Des hébergeurs seniors accueillent des jeunes dans leur logement. Il existe un fort intérêt de la part des jeunes, des aîné·e·s doivent donc être « recrutés » pour répondre à la demande. C’est tout l’objet de la mobilisation de Martine SOUVIGNET, en lien avec les associations « Tim et Colette » et « le Pari solidaire ». Elle a ainsi adressé un mail d’information aux 5 000 détenteurs de la carte Seniors du 3e.
Ella a également participé aux conseils de la vie sociale organisés dans les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et les RAS (résidences autonomie sénior). Composés de représentants des résidents, des familles et du personnel, ces conseils émettent des propositions sur les questions liées au fonctionnement des établissements : qualité des prestations, amélioration du cadre de vie, etc. L’occasion de s’enquérir auprès des usagers des questions de vaccination, des autorisations de sortie…

AGENDA
13/06 13h-17h | Distribution alimentaire pour les étudiant·e·s, parvis de la mairie du 3e
22/06 18h30 | Conseil d’arrondissement

👉 Retrouvez l’actualité des élu·e·s du 3e

Dans le 4e arrondissement

Nadège BORRON, conseillère déléguée à l’Action sociale, agit sur tous les fronts : solidarité, participation, action sociale et santé. Focus sur quelques-unes de ses interventions.

Après une première collecte/distribution solidaire à destination des étudiant·e·s et jeunes de moins de 25 ans en avril en Mairie en 4e, Nadège BORRON renouvelait l’opération, toujours avec Malika HADDAD-GROSJEAN, Bertrand PINOTEAU et David SOUVESTRE, cette fois en Mairie du 1er. Grâce à la mobilisation des associations partenaires, de commerces et des habitant·e·s, 200 personnes ont pu en bénéficier.

Dans le cadre de la réunion mensuelle du Conseil local de l’action sociale et solidarité –CLASS– (voir la newsletter #1), elle accueillait deux nouvelles associations : l’Ouvre-Porte et Watizat. Elle a également mobilisé les acteurs pour qu’ils intègrent le Comité d’Initiative et de Consultation d’Arrondissement –CICA–, porté par Loïc RIGAUD, et puissent ainsi faire remonter aux élu·e·s leurs problématiques sur le champ social.

Nadège BORRON participait également à un point d’information santé pour rencontrer les habitant·e·s, en soutien au Conseil Local de Santé Mentale et au centre social Pernon. L’objectif de ces stands est de partager des informations sur la santé, notamment sur la santé mentale, afin d’accompagner les Lyonnais·es durant cette période de crise sanitaire.

Enfin, elle présidait une Commission d’aides facultatives, comme chaque mois. Il s’agit d’une commission du CCAS qui réunit responsables des CCAS d’arrondissement, des syndicats, des travailleurs sociaux et des élu·e·s. Elle attribue collégialement des aides exceptionnelles aux habitant·e·s qui en font la demande, pour palier à un problème spécifique (un déménagement, une facture exceptionnellement impayée…). Ainsi, Nadège BORRON étudie les dossiers de chacun·e et valide, ou non, avec les autres membres de la commission les demandes.

AGENDA
23/06 18h30 | Conseil d’arrondissement

👉 Retrouvez l’actualité des élu·e·s du 4e

Dans le 5e arrondissement

À travers leurs actions quotidiennes, les élu·e·s Lyon en Commun du 5e Philippe CARRY, Tristan DEBRAY, Bénédicte DRAILLARD, Marie DUARTE et Joanny MERLINC contribuent à l’amélioration du cadre de vie des habitant·e·s et à l’inclusion sociale.

Philippe CARRY –adjoint délégué au Patrimoine, nature en ville et biodiversité– poursuit le développement d’espaces de nature en ville. Dernier projet en date : la requalification du square du Bœuf dans le Vieux-Lyon. Il a ainsi rencontré la Direction des espaces verts, avec Tristan DEBRAY –conseiller municipal délégué à la Ville des enfants– pour valider, sur site, les aménagements envisagés : végétalisation du square, création d’un espace de convivialité, sans oublier une aire de jeux pour les enfants.

Tristan DEBRAY suit de près les projets d’apaisement des abords des écoles du 5e, à la fois en tant que conseiller municipal et conseiller d’arrondissement. Au programme : une réunion publique sur l’apaisement de l’avenue Eisenhower et une visite de sécurité de la Maison de l’enfance de Ménival.

Bénédicte DRAILLARD, adjointe à la Qualité de vie des aîné·e·s, lien intergénérationnel et mémoire, est particulièrement mobilisée auprès des personnes âgées, crise sanitaire oblige. Accompagnement des seniors pour la vaccination mais aussi attentions à leur intention :  le 1er mai, avec Nadine GEORGEL –Maire du 5e–, elle a distribué le traditionnel brin de muguet dans les établissements municipaux hébergeant les aîné·e·s. Elle étudie aussi le projet, initié par des habitants du quartier Saint Georges, de « petites cantines », cuisine collaborative intergénérationnelle qui renforce les liens de proximité et de qualité. Ce projet lui tient d’autant plus à cœur que le Vieux Lyon est l’un des quartiers où de nombreuses personnes vivent seules, spécialement des aîné·e·s et des étudiant·e·s.

Enfin, Joanny MERLINC –adjoint à la Culture, tourisme et évènements– a continué la préparation de la programmation culturelle estivale, « Fêtons l’été », du 21 juin au 1er septembre. Ceci n’aura pas été vain puisque les annonces de déconfinement progressif du Gouvernement laissent espérer la tenue de cet événement, attendu des habitant·e·s. Joanny MERLINC a également rencontré les acteurs touristiques et les commerçants du Vieux-Lyon pour évoquer leurs problématiques dues à la crise sanitaire.

AGENDA
24/06 18h30 | Conseil d’arrondissement

👉 Retrouvez l’actualité des élu·e·s du 5e

Dans le 8e arrondissement

Pour une ville inclusive à hauteur d’enfants… de tous les enfants… Ce fut le sujet de préoccupation majeure des élu·e·s du 8e –Mathieu AZCUE, Angélique BAPTISTE, Michèle LE DILY et Pierre MOURIER– au cours du mois de mai.

Les établissements scolaires déplorent de ne pouvoir accueillir les enfants en situation de handicap dans des conditions décentes. Les parents d’élèves porteurs de handicap déplorent de ne pouvoir scolariser leurs enfants dans des conditions décentes. En cause : le manque d’accompagnants des enfants en situation de handicap (AESH). Ces AESH demandent par ailleurs une revalorisation de leur métier : ils sont titulaires de contrats précaires, bien souvent à temps (très) partiel, subi et peu payé.

Dans le 8e, des membres du Collectif des Parents d’Élèves en Faveur des AESH de Lyon-Métropole et des enseignants des écoles Combe Blanche et Olympe de Gouges se sont mobilisés sur le sujet. Pétition, rassemblements devant les établissements, interpellation des élu·e·s…

Les élu·e·s Lyon en Commun du 8e se sont emparé du dossier. Outre leur présence sur le terrain et aux manifestations, ils ont sollicité les présidents du groupe LYEC –Alexandre CHEVALIER et David SOUVESTRE– pour interpeler Stéphanie LEGER, adjointe au Maire à l’Éducation. Pierre MOURIER est également intervenu sur le sujet au cours du conseil d’arrondissement du 11 mai. Il a profité d’une délibération sur la relocalisation provisoire du groupe scolaire Pasteur, à l’école Olympe de Gouges, pour rappeler que l’école est le premier service public de proximité, le lieu d’accueil et d’émancipation de tous les enfants et que les pouvoirs publics doivent assurer les conditions matérielles de leur développement.

AGENDA
24/06 19h | Conseil d’arrondissement

👉 Retrouvez l’actualité des élu·e·s du 8e

Dans le 9e arrondissement

L’équipe des élu·e·s du 9e –Servane DEBAUGE, Adrien DRIOLI, Sylvie FRENILLOT et Cyril GUINET– ont particulièrement agit pour l’inclusion des habitant·e·s : insertion professionnelle, accès aux droits, à la santé et au sport… Tour d’horizon de leurs actualités.

Adrien DRIOLI, conseiller délégué au Sport et jeunesse, participait à la commission d’attribution des jobs d’été de la Ville de Lyon. Ce dispositif, en faveur de l’insertion des jeunes, a été renforcé par la nouvelle majorité lors du Conseil municipal du mois de mai. Plus 20% de jeunes éloignés de l’emploi seront accueillis par la municipalité et toute l’année. Côté sport, il a recensé les besoins de créneaux des clubs sur les équipements sportifs de l’arrondissement. Une séance de travail a permis d’étudier les demandes et de les hiérarchiser pour répondre au mieux aux attentes du plus grand nombre. Objectifs : soutenir la féminisation du sport et l’accès de toutes et tous au sport.

Sylvie FRENILLOT, adjointe déléguée à la Santé, solidarités et inclusions sociales, prenait part à l’événement du « Bus Habitat et Humanisme » place Valmy. Ce bus, aménagé par l’association Escales Solidaires, va à la rencontre des habitant·e·s dans leur quartier, pour favoriser la mixité sociale et accompagner les plus fragiles. Le thème retenu était la santé. À cette occasion, un stand d’information sur la santé mentale était présent pour échanger avec les habitants sur leurs besoins de santé, pour ainsi ajuster les prochaines actions.
Avec Servane DEBAUGE –conseillère–, elle a également accueilli les premières résidentes des Tiny house, rue Sidoine Apollinaire : des mères isolées, sans droit d’asile, avec des enfants de moins de 3 ans. Les Tiny House ou micromaisons sont des hébergements temporaires d’urgence, mis en place par la Métropole de Lyon. Elles permettent d’offrir une meilleure qualité de vie ainsi qu’un suivi adapté par le Foyer Notre-Dame des Sans-abri, qui s’occupe de ces femmes en grande précarité.

AGENDA
22/06 19h | Conseil d’arrondissement

👉 Retrouvez l’actualité des élu·e·s du 9e