Conseil d’arrondissement : enfants sans toit

Les droits de l’enfant doivent être respectés chaque jour qui passe.

Sylvie FRENILLOT dénonce la situation des enfants sans toit, accompagnés de leurs parents ou jeunes isolés en situation d’exil. Selon le Collectif Jamais Sans Toit, une soixantaine de familles sont à la rue dont plus de 120 enfants sur le territoire de la Métropole. A Lyon, plusieurs écoles accueillent un certain nombre de ces enfants, dont 2 dans le 9e arrondissement, afin d’éviter la rue aux enfants scolarisés et leurs familles.

La compétence d’hébergement dépend soit de l’Etat soit de la Métropole, Sylvie FRENILLOT les invite donc à redoubler d’effort pour mettre en place des dispositifs à la hauteur de l’urgence humanitaire. A son niveau, la Ville agit et continuera de le faire.

Si la journée internationale des Droits de l’Enfant a lieu le 20 novembre de chaque année, ceux-ci doivent être respectés chaque jour qui passe

👉 voir la vidéo

Le 20 novembre se déroulait la Journée internationale des droits de l’enfant et je souhaiterais ce soir, au nom des élu.es Lyon en Commun, aborder la situation de certains enfants sur la ville de Lyon.

Selon le Collectif Jamais Sans Toit, sur le territoire de la Métropole, une soixantaine de familles sont à la rue dont plus de 120 enfants.
Sur Lyon, plusieurs écoles accueillent un certain nombre de ces enfants, notre arrondissement est concerné puisque 2 écoles sont actuellement occupées afin d’éviter la rue aux enfants scolarisés et leurs familles.

Je souhaiterais ici apporter au nom de Lyon en Commun tout notre soutien aux associations, aux parents d’élèves et au corps enseignant qui se mobilisent au quotidien pour permettre à ces familles de vivre dans des conditions qui soient humainement plus acceptables.

Si la compétence d’hébergement dépend, en fonction des situations de l’Etat ou de la Métropole que nous invitons à redoubler d’effort pour mettre en place des dispositifs qui soient à la hauteur de l’urgence humanitaire à laquelle ces familles sont confronté.es, la Ville de Lyon est engagée en lien avec les CCAS, la direction de l’éducation et l’association Jamais sans toit à identifier les situations les plus préoccupantes.
La mise à disposition de bâti municipal vacant, pour augmenter les capacités d’hébergement est en cours et nous nous en félicitons. Mais il y a urgence à mettre ces familles et enfants à l’abri, la période hivernale est installée et leur situation est loin d’être réglée.  

Aujourd’hui, sur la Ville de Lyon un certain nombre d’associations sont également mobilisées pour soutenir des jeunes mineurs isolés en situation de migration qui se trouvent à la rue dans l’attente de la régularisation de leur situation administrative. Rappelons-le, un mineur non accompagné est un enfant en danger.
Tous les enfants, sont des sujets de Droit à part entière et les « mineurs non accompagnés en recours » sont des sujets de Droit comme les autres. Ils doivent donc être pris en charge et logés décemment.

Depuis l’été dernier, près d’une quarantaine de jeunes en situation d’exil ont été mis à l’abri, il reste cependant beaucoup à faire.

Si en la matière l’État manque à ses devoirs, la Ville de Lyon doit continuer à veiller sur son territoire, eu égard à ses compétences et à ses moyens humains et financiers, au respect des grands principes de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, traité international le plus largement ratifié dans le Monde.

Si la journée internationale des Droits de l’Enfant a lieu le 20 novembre de chaque année, ceux-ci doivent être respectés chaque jour qui passe et nous serons-là pour le rappeler.