Conseil d’arrondissement

Laurent BOSETTI, conseiller à la Démocratie locale, présente 4 enjeux majeurs du plan de mandat. Faire de Lyon une ville à vivre, avec des services publics du quotidien, gouvernée autrement et écologique.
👉 voir la vidéo

Madame la Maire, Chers collègues,

J’interviendrai ici au nom des élus de Lyon en Commun sur le plan de mandat. Avec plus de 80 pages d’actions, il est bien sûr impossible d’être exhaustif. Je mettrai donc en avant 4 enjeux politiques forts qui ont motivé notre engagement au moment des élections municipales.

Premier point. Nous nous sommes battus pour que Lyon redevienne une ville à vivre et pas une ville à vendre c’est-à-dire une ville capable de loger à nouveau ses familles, toutes ses familles, y compris les plus modestes. La métropole et la ville travaillent désormais sur une nouvelle politique du logement : 25% de logements sociaux à 5 ans, un accès à la propriété facilité avec le bail réel solidaire ; l’encadrement des loyers ; l’amélioration de l’habitat, par exemple sur les Cités Jardins ou Gabriel Péri.
Une ville à vivre, et pas à vendre, c’est aussi ne pas laisser aveuglément les clefs de la ville au secteur privé. C’est réguler les hauteurs et la densité face à l’appétit des promoteurs immobiliers comme nous allons le faire, en tout cas le corriger, à Mazagran et à Gerland. C’est conserver la gestion en régie publique de nos savoir-faire, à l’image de notre choix pour la Halle Tony Garnier. C’est négocier avec le LOU pour que la piscine de Gerland, bêtement cédée au privé, ne soit pas inaccessible aux habitants.

Second point. Nous souhaitions privilégier les services publics du quotidien aux grands projets inutiles. Et bien, bienvenue aux 39 écoles reconstruites, rénovées ou agrandies. Bienvenue aux 22 crèches tant attendues, après des années d’abstinence. Bienvenue aux 13 équipements sportifs créés, reconstruits ou rénovés. Nous avions une « dette patrimoniale » monumentale à rattraper et nous engageons 1,2 milliards d’euros, le double du mandat précédent, pour remettre à niveau le service public, pour revaloriser un patrimoine qui était déprécié et énergivore.
Le 7e arrondissement, qui avait le bonnet d’âne de l’offre d’accueil en crèches, se voit doté sous ce mandat de 5 nouvelles crèches et de 3 relais d’assistantes maternelles supplémentaires. Nous allons lancer plus d’une dizaine d’opérations de requalification sur nos équipement sportifs. Sans oublier 2 nouveaux groupes scolaires (Ginkgo et Duvivier), l’extension du groupe scolaire Veyet, la création d’un pôle social et culturel aux Girondins, de nouveaux locaux à la mairie du 7e et une laverie associée aux bains-douches Delessert.

Troisième point. Nous nous étions engagés à gouverner autrement. Autant dire qu’il était facile de faire mieux, tant la concentration des pouvoirs et la dérive solitaire de M.Collomb étaient devenues caricaturales. Nous multiplions ces premiers mois les concertations : Péri, Mazagran, Cités Jardins, Duvivier, Fontenay…Nous allons franchir un cap avec un budget participatif : 25M€ à discrétion des citoyens pour nos rues, nos parcs, nos bâtiments. L’initiative, nous la redonnons aux acteurs locaux, à travers le conseil de la vie associative qui permet d’interpeller directement les élus en séance. Enfin, nous rencontrons nos conseils de quartier pour réfléchir avec eux à de nouveaux moyens d’impliquer les habitants et nous doublons le budget annuel alloué à leurs initiatives. Et puis, après 20 ans passés hors la loi, nous redonnons -enfin toutes leurs prérogatives aux mairies d’arrondissement.

Je conclurai mon propos sur l’enjeu écologique. Pour dire qu’après les bacs à fleurs de la rue Edouard Herriot, après la promotion du tronçon ouest du périphérique ou des gadgets de la smart city, il était temps d’entrer dans le 21e siècle. Eco-rénovation du patrimoine municipal, forêts urbaines, végétalisation des cours d’école et des crèches, piétonisation, réseau express vélo, zone à faible émission, tarifs sociaux incitatifs dans les TCL, nouvelle ligne de tram vers Saint-Fons, téléphérique vers Francheville, métro aux hôpitaux sud à Saint-Genis…

Chers collègues, dans le 7e comme ailleurs, ce plan de mandat est un nouveau souffle qui va nous permettre, assurément, de changer d’ère.