Conseil d’arrondissement : vidéo-verbalisation

Les élu·e·s de Lyon en Commun du 5e, par la voix de Tristan DEBRAY votent contre l’extension de l’expérimentation de la vidéo-verbalisation à 3 ans, sans audit préalable.

En effet, M. Collomb a mis en place une expérimentation en 2019. Un an après, le nombre de rues « surveillées » augmente de même que la durée de l’expérimentation, sans qu’il y ait eu de bilan dressé.

Devant ce manque de données et une période aussi longue proposée, les élu·e·s de Lyon en Commun préfèrent appliquer le principe de précaution, d’autant que l’usage mieux partagé et plus respectueux de l’espace public peut passer par d’autres moyens, des moyens « humains ».

👉 voir la vidéo

Tout autant que chaque élu ici présent, les élu.es de Lyon En Commun considèrent la sécurité publique comme un enjeu social majeur.

Tout autant que chaque élu ici présent, les élu.es de Lyon En Commun ont la volonté très forte de lutter contre le stationnement anarchique et les incivilités de certains usagers de la route.

Aussi, nous considérons chaque outil au service de ce droit inaliénable à la sécurité avec rigueur et sans le dogmatisme dont certains aiment tant nous caricaturer.

Parmi ces outils potentiels, figure notamment le dispositif de vidéo-verbalisation qui fait l’objet du présent rapport.

N’ayant pas encore reçu d’évaluation impartiale de ce dispositif de vidéo-verbalisation, nous nous étonnons tout de même de voir cette proposition arriver, aussi rapidement, de prolongation de trois années supplémentaires.

Devant ce manque de données et la durée aussi longue proposée pour un dispositif couteux, de surcroit, et sans révision possible, nous sommes dubitatifs et préférerions appliquer le principe de précaution.

En outre, sur les enjeux auxquels ce dispositif renvoie, et au-delà de la question légitime de savoir qui gardera les gardiens, mes collègues de Lyon en Commun et moi-même sommes convaincus que l’usage mieux partagé et plus respectueux de l’espace public peut passer par d’autres moyens que celui proposé.

Bien qu’en période de pandémie où beaucoup de nos relations humaines se font à distance et via une caméra, nous restons convaincus que le respect de l’espace public doit passer avant tout par le lien réel et direct avec la population, qu’il s’agisse d’éducation, de prévention ou d’intervention policière.

Sachez, Madame la Maire et chers collègues de la majorité, que nous serons à vos côtés tout au long du mandat pour continuer à travailler ensemble et à définir collectivement la politique de sécurité pour notre arrondissement.

Notre groupe présentera des amendements lors du prochain Conseil Municipal, sur la durée de la prolongation ainsi que sur l’évaluation indépendante qui devrait en être réalisée. En attendant ce Conseil, puisqu’il s’agit aujourd’hui de donner notre avis sur cette délibération, en l’état actuel, notre vote lui sera défavorable.