Conseil d’arrondissement : ZFE

L’amélioration de la qualité de l’air est un enjeu de santé publique et un enjeu social.

Bénédicte DRAILLARD rappelle que les personnes les plus vulnérables sont bien souvent les plus impactées par la pollution de l’air. L’amélioration de la qualité de l’air est donc à la fois un enjeu de santé publique et un enjeu social.

La mise en oeuvre de la ZFE doit tenir compte des capacités de financement des ménages pour l’acquisition d’un véhicule propre. Elle doit s’accompagner du développement des modes doux et des transports collectifs, notamment des transports en commun.
Pour y parvenir, il est nécessaire d’augmenter les fréquences et les cadencements. Il faut développer l’accessibilité tarifaire de ce mode de transport.

Si Bénédicte DRAILLARD salue les mesures mises en place ou à venir, elle invite à aller plus loin ! Comme proposer à terme la gratuité pour toutes et tous des transports en commun.

👉 voir la vidéo

LYEC est favorable à ZFE.
 
En effet la qualité de l’air, nous en conviendrons tous, est un enjeu de santé publique. Nous pensons tout particulièrement aux plus vulnérables : les enfants, les ainés et toutes les personnes à la santé fragile. Et c’est aussi un enjeu social, nous savons que les populations qui vivent aux abords des axes à forte circulation routière sont généralement des populations à faible revenu. Nous sommes donc bien sûr favorables à l’extension de la Zone à Faibles Émissions pour améliorer la qualité de l’air. Et nous prônons aussi une ville apaisée et respirable pour tous en limitant la circulation automobile et en favorisant un changement de mentalité toujours plus nécessaire face à l’urgence climatique. Pour cela nous préconisons avant tout des dispositifs d’accompagnement et d’acceptation de la ZFE spécialement à notre échelon de mairie d’arrondissement pour être au plus près des habitants.
 
Mais comme vous le savez, nous sommes aussi soucieux des enjeux de justice sociale dans la mise en application de la ZFE.
 
Il faut tenir compte des capacités de financement des ménages, notamment des plus fragiles, pour investir dans un nouveau véhicule moins polluant avec l’interdiction des véhicules crit’air 5 et non classés en septembre 2022, ce sera le tour des voitures, crit’air 4 (en 2023) puis 3 et 2 d’être retirées de la circulation. Ces mesures impacteront davantage encore les ménages les plus modestes.
 
Il nous faudra toujours plus développer les modes doux et surtout les transports collectifs et les rendre plus attractifs. En effet aujourd’hui sur certaines de nos lignes aux heures de pointe comme le C20 il est impossible de s’assoir et la descente de Choulans debout sans pouvoir même se tenir relève de l’exploit.

Pour cela il nous faut au plus vite renforcer les lignes existantes en multipliant les fréquences dans la journée et en allongeant leur amplitude horaire (tel que le matin tôt et le soir tard, le week-end et les vacances scolaires). Il faudrait créer en plus des rames de métro spéciales pour les usagers avec vélo. Et dans notre arrondissement nous attendons tous avec impatience notre fameux métro sans lequel il serait illusoire de diminuer significativement la circulation automobile dans l’ouest lyonnais comme les secteurs de Ménival et des Battières.
 
Nous devons aussi saluer les efforts du SYTRAL qui propose dans son plan de mandat 2021-2026 des renforcements  des réseaux, la création de nouvelles lignes et la mise en place de tarifs gratuits (pour les titulaires des minima sociaux :  SA, minimum vieillesse, l’ASPA et AAH pour les personnes handicapés) et solidaires à 10 euros pour les chômeurs en fin de droit, les bénéficiaires de la CMU et les personnes de plus de 65 ans non imposables)
 
Mais, de notre point de vue, il faut aller encore plus loin.
 
C’est pourquoi LYEC plaide en faveur de la gratuité pour TOUS des transports en commun après évaluation et expérimentations tout en étant conscient du fait que tout ne peut pas se faire en un jour. Comme par exemple l’expérimentation de la gratuité des transports en commun pour les moins de 12 ans.

Oui, n’hésitons pas à aller plus loin