Conseil d’arrondissement : action sociale

Subventions aux acteurs de l’action sociale : des aides pour accentuer la lutte contre la précarité.

Comment faire de Lyon une ville inclusive ? Loïc RIGAUD salue l’engagement de la municipalité pour faciliter l’accès aux droits fondamentaux et universels des personnes les plus fragiles : se soigner, se loger, se vêtir et se nourrir.

Et elles sont nombreuses : sans-abris, jeunes en rupture familiale, femmes isolées, celles que le contexte social et économique fragilise…

Le CCAS joue un rôle primordial dans le combat contre la précarité. Les associations, intervenant en faveur des personnes en difficulté, complètent et soutiennent le travail du CCAS.
C’est pourquoi la Ville subventionne ces structures pour un montant global de près d’1,2 million d’euros, pour 2022.

Dans le 4e, deux associations sont concernées : l’accueil de jour La Rencontre et Vestibus. Et bien sûr, les Restos du Cœur et le Secours populaire pour leur action générale sur la commune, dont sur la Croix-Rousse.

👉 voir la vidéo

Lyon, ville inclusive. Cette maxime constitue l’un des défis que nous nous sommes engagés à relever, dans notre plan de mandat.
Nous voulons construire une ville qui érige les principes d’humanisme et de solidarité au cœur de nos actions.
Pour y parvenir, nous devons faciliter l’accès aux droits fondamentaux et universels des personnes les plus fragiles : se soigner, se loger, se vêtir et se nourrir.

Lorsque nous parlons de personnes vulnérables, je ne pense pas uniquement aux sans-abris. Leur nombre est important : 2 500 à l’échelle de la Métropole, dont une majorité à Lyon.
Je pense également aux jeunes en rupture familiale, aux femmes isolées et à tous ceux que le contexte social et économique fragilise.
Et comme je vous l’ai dit à plusieurs reprises, cette situation s’est aggravée avec la crise.

C’est pour tous ces habitantes et ces habitants que nous devons agir.

Le CCAS, joue, bien sûr, un rôle primordial dans le combat contre la précarité. Lutte contre le non-recours, hébergements d’urgence et dispositif « Zéro enfant à la rue » sont autant d’actions menées.
Les associations, intervenant en faveur des personnes en difficulté, complètent et soutiennent le travail du CCAS.

C’est pourquoi notre Ville subventionne ces structures, qui opèrent dans plusieurs champs : aide alimentaire, accueil de jour, lutte contre l’exclusion ou encore accès à l’hygiène.
C’est l’objet de cette délibération qui propose de leur accorder des aides au fonctionnement d’un montant global de près d’1 million 200 000 euros, pour 2022.

Comme le 4e arrondissement n’échappe pas à la pauvreté, à la précarité et à l’isolement, deux associations locales sont concernées : l’accueil de jour La Rencontre du Foyer Notre Dame des Sans-abris et Vestibus.
Et bien sûr, les Restaurants du Cœur et le Secours populaire au titre de leur action générale sur la commune, dont la Croix-Rousse.

Je tiens aussi à souligner que la Fondation Notre Dame des Sans-abris, notamment, va bénéficier d’une convention triennale de financement. Ce mode de contractualisation inédit lui permettra de stabiliser ses missions et ainsi sécuriser la prise en charge de ses publics précaires.