Conseil d’arrondissement : prévention de la délinquance

Sécurité : une vision politique pour éviter les actes de délinquance et non réagir a posteriori.

Thibaud ROCHE se félicite des efforts de la Ville en matière de prévention de la délinquance.

Elle entend notamment développer une démarche d’aller-vers, avec un budget alloué augmenté et fléché sur des actions de prévention auprès des jeunes ou auprès de publics vulnérables.
L’ensemble des mesures proposées affirment une vision politique qui vise à éviter les actes de délinquance plutôt que de réagir a posteriori.

Thibaud ROCHE alerte cependant sur la situation des travailleurs sociaux du réseau associatif, notamment. Il convient de considérer la problématique des conditions du travail social, afin d’être en mesure de répondre aux objectifs définis.

👉 voir la vidéo

Je voulais ce soir m’exprimer au nom de Lyon en Commun tout d’abord pour féliciter les efforts de la Ville en matière de prévention de la délinquance :
Je tiens en effet à souligner la volonté de l’aller vers avec un budget alloué qui passe de 180 000 euros à 334 000 euros fléchés sur des actions de prévention auprès des jeunes ou auprès de publics vulnérables.

Cela témoigne d’un engagement pour améliorer la tranquillité publique de nos concitoyens et de nos concitoyennes mais également d’apporter un meilleur suivi des personnes concernées victimes ou auteurs. Il s’agit ici d’une vision politique qui vise à éviter les actes de délinquance plutôt que de réagir à posteriori.

Cependant il ne faut pas pour autant nier les actes délictueux et s’il vaut mieux prévenir que guérir cela ne signifie pas que la ville ne doit pas prendre ses responsabilités. C’est pourquoi je tiens également à rappeler que la ville de Lyon a fait le choix d’augmenter le nombre de postes de policier municipaux, avec un travail quant à l’attractivité de ces postes en matière de salaire et d’amélioration des conditions de travail. Une campagne de recrutement aura également lieu en avril prochain.

Aussi ce soir j’aimerais alerter sur la situation des travailleurs sociaux qui pâtissent également de conditions de travail extrêmement difficiles et qui ont pour conséquence un turnover important. Si la ville ne gère pas en direct ce personnel, mais s’appuie sur un réseau associatif et sur la métropole notamment en Protection de l’enfance, nous devons rester attentifs à cette problématique.
En effet les ambitions sont fortes dans ce domaine mais si nous ne prenons en considération la problématique des conditions dans lequel s’effectue le travail social aujourd’hui. Nous risquons fortement de passer à côté de nos objectifs.