Votons ! Il en va du bon fonctionnement de notre démocratie et de la légitimité de nos institutions

Selon Tristan DEBRAY, la démocratie recule dans le monde, la France est concernée depuis plusieurs années. En cause : l’hyper-présidentialisme, les atteintes à la liberté et à l’indépendance de la presse, les attaques aux droits de l’homme, la baisse de la participation politique des citoyens…
Or ce sont eux qui choisissent les gouvernants via le vote. Il constitue la première expression de la citoyenneté.
Mais la démocratie représentative décline. Toutefois l’engagement des citoyens pour la chose publique existe ! Une autre forme de démocratie a émergé : la démocratie participative. Pourtant démocratie participative et démocratie représentative sont complémentaires.
Tristan DEBRAY appelle donc tous les élus de la République à inciter les Français à accomplir ce devoir citoyen que constitue le vote.
Il en va du bon fonctionnement de notre démocratie et de la légitimité des institutions.

👉 Voir la vidéo

En 2021, 45,7% de la population mondiale vivait dans une démocratie.
En 2020, ce chiffre s’élevait à 49,4%.

Tel est le constat du recul de la démocratie à travers le monde dressé par l’étude 2021 du groupe britannique The Economist.
D’après ce rapport, je cite : « Les résultats reflètent l’impact négatif de la pandémie sur la démocratie et la liberté dans le monde, avec l’extension considérable du pouvoir de l’État et l’érosion des libertés individuelles ».

Cette évaluation annuelle porte sur 167 pays et prend en compte plusieurs critères :
– le processus électoral et le pluralisme
– le fonctionnement du gouvernement
– la participation et la culture politiques
– et les libertés individuelles.
Pour chaque pays, une note sur 10 est attribuée. La moyenne calculée donne le classement des pays les plus démocratiques aux plus autoritaires.
Lorsque la note est comprise entre 8 et 10, le pays est considéré comme une « démocratie ». Entre 6 et 8, il est considéré comme une « démocratie imparfaite ».
Et ainsi de suite.

Nous, en France, sommes qualifiés de « démocratie imparfaite », depuis plusieurs années.
Et ce pour plusieurs raisons. En voici quelques-unes :
– l’hyper-présidentialisme
– les atteintes à la liberté et à l’indépendance de la presse
– la baisse de la participation politique des citoyens
– ou encore les attaques aux droits de l’homme. Ces attaques ont d’ailleurs conduit à des sanctions par la Cour européenne des droits de l’homme et à des condamnations par l’ONU.

Selon la sociologue et politologue Dominique Schnapper, la démocratie est pourtant « le seul régime qui permette que se développent des sociétés humaines ».
La citoyenneté organise une société proprement humaine, dont tous les membres sont juridiquement et politiquement égaux. Elle repose sur l’égale dignité de tous les êtres humains. Elle est le fait pour chaque individu d’être un sujet de droit, disposant donc de droits mais aussi de devoirs.

Le citoyen jouit de libertés individuelles, de la liberté d’expression ou encore de la liberté d’être traité par la justice selon une loi égale pour tous. Il choisit les gouvernants via les élections. Le droit de vote constitue donc la première expression de la citoyenneté. Voter est un droit, voter est un devoir civique.

Et pourtant, dans notre pays, ce droit de vote pour tous a pris un temps certain pour être appliqué. Je pense là au droit de vote des femmes. En effet, les Françaises n’ont accédé au droit de vote qu’en 1944 ! Soit près d’un siècle après les hommes !

Aujourd’hui, si le droit de vote est accessible à tous, force est de constater que le vote systématique, ou le sens du devoir de voter, a diminué.
Autrement dit, la démocratie représentative décline.

Pourtant, l’intérêt et l’engagement des citoyens pour la chose publique n’est pas inexistant, loin de là !Une autre forme de démocratie émerge depuis plusieurs années : la démocratie participative.
Une grande partie de la population se mobilise sur des sujets précis, pour faire bouger les lignes.
La lutte pour le droit des femmes ou contre le réchauffement climatique, combats auxquels Lyon en Commun est pleinement associé, en sont une parfaite illustration.

Notre groupe est pourtant convaincu que démocratie participative et démocratie représentative sont complémentaires et nécessaires.

Malheureusement, cette année, la question de l’abstention va encore se poser.
Je ne vous apprends rien en disant que les échéances électorales approchent à grand pas.

En tant qu’élus de la République, nous avons la responsabilité de rappeler l’importance d’accomplir ce devoir citoyen que constitue le vote.
Nous devons appeler les Français à faire un choix, qui leur appartient, puis à le matérialiser dans les urnes.
Il en va du bon fonctionnement de notre démocratie et de la légitimité des institutions.

En plus de 2 000 ans, on n’a jamais trouvé mieux que la démocratie !
Elle est, comme l’écrivait Abraham Lincoln, « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».