Stade de Gerland : de nouveaux droits à construire pour le LOU Rugby qui coûtent 2,5 M€ à la Ville !

Laurent BOSETTI dénonce, une fois encore, la cession du stade de Gerland au LOU Rugby par Gérard Collomb.
Au fil des conseils municipaux, la Ville n’a d’autre choix que d’accepter de céder, petit à petit, des droits à construire au LOU Rugby, au bénéfice de sociétés privées.

Entre autres conséquences, les jardiniers municipaux, oubliés des opérations, ont été « installés » depuis des années sous un chapiteau sur un parking. Pour leur permettre de travailler dans des conditions décentes, la Ville va aménager un espace de travail en dur.

Ces travaux vont coûter 2,5 M€ à la collectivité, donc aux contribuables… Une somme qui aurait pu être investie au bénéfice des habitant·e·s !

👉 voir la vidéo

À travers ce rapport, il s’agit de nouveau de céder des droits à construire à des sociétés sur la parcelle du stade de Gerland. Ceci au bénéfice du LOU RUGBY, et donc en d’autres mots au bénéfice de l’actionnaire majoritaire GL EVENTS, désormais exploitant de ce site suite aux décisions malheureuses de nos prédécesseurs.

Madame Bacha-Himeur, ne vous en déplaise, la Chambre régionale des comptes l’avait elle-même fait observer : la Ville de Lyon a joué contre ses intérêts dans le montage opéré autour du stade de Gerland. Avec des millions d’euros de perte à la clef. Avec une piscine municipale dont nous perdons la jouissance, alors même que nous manquons de piscines à Lyon.

Ironie du sort, cette séance du conseil municipal va être aussi l’occasion de nous rappeler que la cession de la parcelle du stade de Gerland a mis à l’époque nos propres jardiniers municipaux à la porte ; il s’agit des jardiniers qui entretiennent les pelouses des espaces sportifs de Gerland, les grands oubliés de l’opération, qui sont accueillis depuis lors sous un chapiteau provisoire sur un parking…

C’est ce qui nous amène à adopter lors de cette séance, tout à l’heure et c’est heureux, l’aménagement complet d’un espace de travail en dur qui leur sera enfin dédié ; cet espace sera intégré sur le site du skate-park de Gerland et accueillera les agents ainsi que leur matériel. Opération chiffrée à près de 2,5M€, soit une énième externalité budgétaire à supporter du fait de la délégation du site à GL EVENTS.

Pour toutes ces raisons, chers collègues, le groupe Lyon en commun prône un moratoire sur ces cessions répétées de droit à construire, dans l’attente du débouché des négociations en cours sur le financement des travaux de la piscine de Gerland.
La Ville de Lyon ne doit pas supporter cette rénovation, elle y a déjà trop perdu. La Ville de Lyon doit avoir des garanties sur les tarifs d’accès de la future piscine pour les scolaires, pour les clubs sportifs, pour le grand public. Nous faisons confiance à Monsieur le Maire pour défendre ardemment nos intérêts dans cette négociation.

Mais dans cette attente, les élus du groupe Lyon en Commun s’abstiendront sur ce rapport, tout en accueillant à bras ouverts les All Blacks en 2023.