Périmètres scolaires

David SOUVESTRE, conseiller municipal et co-président de Lyon en Commun, annonce que le groupe Lyon en Commun s’abstient sur le vote de modification des périmètres scolaires. S’il salue la finesse du découpage effectué par les services de la Ville de Lyon en lien avec les élu·e·s d’arrondissements du 3e, 7e, 8e et 9e, il regrette que ce travail de dentelle n’ait pu être fait dans le 1er arrondissement afin d’équilibrer les effectifs et de maintenir l’école Lévi Strauss ouverte.
👉 voir la vidéo

Merci Monsieur le Maire,
Madame l’Adjointe au Maire,
Chèr·e·s collègues,

Chaque année, au regard des évolutions des effectifs des élèves de maternelle et de primaire, la Ville de Lyon est amenée à réviser ses périmètres scolaires.
Cet exercice délicat consiste en une répartition des enfants, en fonction de leur adresse d’habitation, afin d’équilibrer harmonieusement les effectifs dans les différentes écoles des arrondissements.

Nous, élu·e·s Lyon en Commun, tenons à saluer, vu les divers enjeux de territoire, la finesse du découpage effectué par les services de la Ville de Lyon en lien avec les élu.e.s d’arrondissements.
À titre d’exemple, dans le 3e arrondissement, le groupe scolaire Léon Jouhaux, qui a bénéficié de travaux de restructuration, voit son périmètre scolaire élargi afin de pallier la baisse des effectifs de ses classes maternelles.
Dans le 8e arrondissement, un changement de périmètre entre l’école élémentaire Simone Signoret, la maternelle Maryse Bastié et le groupe scolaire Combe Blanche est proposé afin d’apporter plus de mixité dans cet établissement.
Là encore quelques rues d’habitation à proximité sont incluses dans le nouveau périmètre.

Alors, pourquoi ce même travail de dentelle n’a-t-il pas pu être fait dans le 1er arrondissement afin d’équilibrer les effectifs et maintenir ainsi l’école Lévi Strauss ouverte ?
Il ne s’agit pas de discuter ici de la fermeture de cette école.
Nous y reviendrons ultérieurement.

Il s’agit, à la faveur de cette délibération, de se poser collectivement quelques questions et nous alerter collectivement sur les risques que nous prenons.
De notre point de vue, l’évolution des périmètres scolaires soulève une question de fond : quel est le bon maillage territorial pour nos écoles, celui qui renforcera et pérennisera leur implantation ?

Nous, élu.e.s Lyon en Commun, sommes profondément attaché.e.s au principe de proximité.

Vous conviendrez avec moi, mes chers collègues, que cette dimension de proximité n’est hélas, ni dans les préoccupations, ni les desseins des services de l’Éducation nationale.
Bien entendu, je ne veux pas jeter l’anathème sur les fonctionnaires de ce ministère : ils ne font qu’exécuter les injonctions gouvernementales de rationalisation et d’économie.

A l’endroit même où l’état se rétracte à coup de restriction et d’austérité, notre responsabilité est de veiller à l’effectivité de la proximité, à ce qu’elle soit au cœur des décisions locales.

Au-delà du 1er arrondissement, notre Ville compte quelques écoles dites isolées, notamment dans les 4e, 5e et 9e arrondissements.
Prenons garde au risque couru par ces écoles demain !

Nous pensons qu’accepter la fermeture de l’école maternelle Levi Strauss est un très mauvais signe envoyé à l’Éducation nationale.
Ne venons-nous pas de créer un précédent !?

Car il n’est pas exclu que demain, la logique purement comptable de l’Éducation Nationale l’amène à nous demander, la fermeture d’autres écoles dites isolées.
Que ferons-nous alors ? Les laisserons-nous démanteler progressivement notre service public d’éducation ?

Mes cher.e.s collègues, nous pensons que nous devrons être plus combatives et combatifs face à l’Etat comptable et nous inscrire dans cette longue tradition de défense de l’école publique, celle que portent très clairement aujourd’hui les élu·e·s Lyon en Commun.

L’Éducation et la culture sont des piliers de l’édifice de la citoyenneté.

Aussi, malgré notre satisfaction globale concernant les périmètres scolaires et la nouvelle politique éducative menée par notre majorité, nous ne pouvons pas voter cette délibération qui entérine, d’une certaine façon, la fermeture d’une école dans le 1er arrondissement.
C’est pourquoi, nous nous abstiendrons sur cette délibération.