Stade de Gerland : la précédente municipalité a joué contre les intérêts de la Ville

Laurent BOSETTI revient sur l’octroi des autorisations pour de nouvelles opérations immobilières autour du stade de Gerland. Un héritage malheureux de la précédente équipe municipale… Il précise ainsi les raisons de l’abstention des élu·e·s Lyon en Commun

👇 Lire l’intervention

Les rapports N°1155 et N°1156 portent sur l’évolution des parcelles attenantes au Stade de Gerland. Il est proposé à notre collectivité d’octroyer des autorisations pour de nouvelles opérations immobilières, dans le cadre du bail emphytéotique qui a été octroyé au LOU RUGBY en 2016.

Notre majorité est confrontée aujourd’hui à la gestion d’une situation ubuesque autour du stade de Gerland, héritée de nos prédécesseurs. Je ne sais pas s’il nous faut remonter l’histoire sous l’angle de la tragédie ou de la farce mais la puissance publique s’est pliée à plusieurs reprises à l’intérêt de grands groupes économiques, en se retrouvant à la fin systématiquement mise à défaut.

Ce naufrage a bien sûr commencé par le choix de brader à l’OL GROUP des terrains constructibles à moindre coût à Décines pour son grand stade, tout en faisant supporter à la collectivité les coûts d’aménagements voisins. Double peine alors, la Ville de Lyon se retrouvait du même coup sans occupant au Stade de Gerland, alors même qu’il s’agissait du bateau amiral de son patrimoine sportif.

La saison 2 valait aussi son pesant d’or puisque nos prédécesseurs choisissaient d’autoriser le LOU RUGBY à gérer en bail emphytéotique le Stade de Gerland et les parcelles attenantes. La Chambre régionale des comptes soulignait à l’époque combien la Ville de Lyon a joué contre ses intérêts, manquant de transparence et opérant une vraie gabegie financière, pour près de 20 millions d’euros. Pire, la Ville de Lyon glissait « par erreur » la piscine de Gerland dans le cadre de l’opération, alors même que notre commune était déjà totalement sous-dotée en équipements aquatiques.

Quand mon collègue M.Collomb brossait tout à l’heure un tableau bienheureux du précédent mandat, sur le principe du « c’était mieux avant », il m’a semblé oublier ce genre de cadavre dans les placards. C’est très malheureux car il est difficile pour nous de nous extraire aujourd’hui du bail emphytéotique contractualisé en 2016. Aussi, même si nous avons la satisfaction de lancer le chantier de la piscine Kennedy dans le 8e arrondissement à l’occasion de ce conseil, qu’allons-nous faire sur la piscine de Gerland, dans une affaire si mal embarquée ?

J’ai bien écouté les propos rassurants de mon collègue, Sylvain Godinot, mais nous devons exiger que le LOU montre patte blanche, qu’il s’engage à financer la totalité, ou la quasi-totalité, de la rénovation de la piscine de Gerland. Nous pensons nécessaire que le LOU RUGBY garantisse par ailleurs aux habitants de Gerland, comme aux publics scolaires, des tarifs d’accès à la piscine qui soient raisonnables et qui ne flirtent pas avec des tickets d’entrée à 10€.

Dans l’attente d’engagements formels et définitifs du LOU RUGBY, nous préférons ne pas approuver une exploitation très lucrative du domaine public, sans qu’elle ne serve préalablement les intérêts des Lyonnaises et les Lyonnais. Aussi, nos deux groupes s’abstiendront sur ce rapport.

Pour autant Monsieur le Maire, nous vous renouvelons tout notre soutien dans les négociations en cours et ne doutons pas de votre détermination à aboutir sur ce dossier.