Equipements de proximité

Laurent BOSETTI salue l’adoption du premier inventaire des équipements de proximité du mandat. Cet inventaire permet en effet aux mairies d’arrondissement de se voir confier la gestion des équipements de proximité qui y sont adossés. Aujourd’hui, il s’agit notamment des salles associatives dans les différents arrondissements de la ville.
👉 voir la vidéo

Chers collègues,

Nous sommes amenés à délibérer de l’inventaire des équipements de proximité. Ce qui est un exercice démocratique convenu à Paris et à Marseille, avec une délibération cadre mise à jour chaque année, ne l’était pas dans notre belle Ville de Lyon il y a encore deux ans.

Il aura en effet fallu une bataille politique animée sous le précédent mandat, impulsée par la mairie du 1er arrondissement et ma collègue Nathalie Perrin-Gilbert ; puis une inspection de la chambre régionale des comptes, pour que le précédent exécutif s’oblige –enfin !- –et à reculons !- à consolider un nouvel inventaire des équipements en 2019, soit quand même 36 ans après le premier, et sans toutefois faire plus de place aux arrondissements.

Mais qu’importe, l’Histoire était en marche… et l’on ne joue pas la montre avec la démocratie. Las d’une gouvernance confiscatoire, las d’un centralisme démocratique qui fit exploser la majorité précédente, les Lyonnaises et les Lyonnais ont désigné une nouvelle équipe d’élus et, surtout, de nouvelles pratiques. Une équipe qui œuvre dans le partage des responsabilités, la confiance, la délégation. Une équipe qui fait de la reconnaissance des arrondissements, des élus de proximité, de la démocratie locale, une priorité de son mandat.

Ouf ! Car c’était quand même bien là, chers collègues, l’esprit originel de la loi PML et des grandes lois de décentralisation : confier à l’échelon local, dans une logique de subsidiarité, la gestion de la proximité. 221 élus d’arrondissement ne sont pas de trop pour suivre la vie de centaines d’équipements de proximité sur des territoires qui comptent entre 30.000 et 100.000 habitants. Les élus locaux peuvent se faire le relais des usagers sur ces services publics du quotidien : petits travaux, partage des créneaux horaires d’occupation, adaptation des règles d’utilisation, développement de nouveaux usages, voire expérimentations locales…

Aussi, dès notre arrivée, notre nouvelle majorité a engagé ce processus de réhabilitation des prérogatives d’arrondissement : conférences des maires d’arrondissement, programmation pluriannuelle d’investissement concertée ; relance des commissions mixtes ; budget multiplié par deux pour les initiatives des conseils de quartier… et désormais, inventaire des équipements de proximité avec 46 établissements supplémentaires, 46 unités de gestion,  proposés en gestion déconcentrée, notamment des salles associatives et quelques irritants.

Pour autant, la « dette démocratique » qu’il nous appartient de rattraper est colossale. Qu’en est-il en effet des écoles, des bibliothèques de quartier, des piscines de proximité, des équipements socio-culturels, des aires de jeux, des city-stades ? La mairie centrale conservait jusqu’alors sous son autorité l’ensemble de ces équipements normalement gérés de droit par les arrondissements.

Le défi est donc immense. Il nous appartient de rendre aux arrondissements leurs prérogatives, mais ceci sans les fragiliser par ailleurs, en leur donnant préalablement les outils de gestion correspondants. Tout cela nécessite donc un travail très conséquent de l’administration et qu’il nous faudra échelonner dans le temps. A ce titre, nous nous félicitons à Lyon en commun du travail de concertation engagé par notre collègue Bertrand Maes avec les maires d’arrondissement, et la clause de revoyure en 2022.

Monsieur le Maire, sachez que vous pouvez compter sur les 30 élus d’arrondissement du groupe Lyon en commun pour vous appuyer activement sur cette mise à jour du logiciel démocratique de notre collectivité, beaucoup plus en phase avec les besoins des usagers. Nous adopterons ce premier inventaire avec enthousiasme, en espérant qu’il en appellera très prochainement d’autres, élargis à de nouveaux équipements. La liste doit être plus longue ! Pour faire vivre la démocratie locale. Pour être au plus près des réalités de nos concitoyens. Nous voterons favorablement ce rapport.